• Voici un article sur les DOM-TOM, sur cette lutte contre la vie chère

     

    La mort du syndicaliste Jacques Bino, tué par balle dans la nuit du 17 au 18 février à Pointe-à-Pitre à entaché cette grève contre la vie chère.
    Ruddy Alexis, 35 ans, a été mis en examen samedi soir pour meurtre et tentative de meurtre et écroué dans le cadre de l'enquête. Cet homme a déjà été condamné à trois reprises pour violences. Quatre autres personnes, âgées de 30 à 39 ans, ont également été mises en examen mais laissées libres sous contrôle judiciaire strict.<o:p> </o:p>

    <o:p></o:p>

    Le collectif "LKP" à l'origine du mouvement réclame depuis le début de la grève une hausse de 200 euros pour les plus bas salaires de l'île, mais le gouvernement avait jusqu'à présent rejeté cette revendication, affirmant que c'était aux partenaires sociaux de se prononcer sur ce dossier.<o:p></o:p>

    "Les médiateurs ont mis sur place une proposition que je vais valider dans les prochaines minutes et qui sera soumise au patronat et au collectif dès le début de la matinée en Guadeloupe",<o:p></o:p>

    Cette nouvelle base de discussion a été plutôt bien accueillie par les syndicats de l'île qui, de coups de pouce en coups de pouce, voient de plus en plus nettement se dessiner les 200 euros qu'ils réclament depuis bientôt cinq semaines. «Les 200 euros, c'est OK. L'État va garantir les 200 euros», s'est réjoui l'un des dirigeants de l'intersyndicale, Rosan Mounien. Élie Domota s'est comme de coutume montré plus réservé mais a admis qu'un accord était cette fois possible<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Le leader du LKP a demandé que la prime soit étendue aux salariés gagnant jusqu'à 1,6 smic - soit 55 000 personnes au lieu de 45 000 -, réclame le paiement des jours de grève et s'interroge sur la pérennité du coup de pouce de 80 euros. «Il est prévu sur trois ans. Au-delà, nous demandons que cette augmentation de salaire soit prise en charge par les patrons», explique Domota.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Le patronat reste méfiant. «M. Domota a voulu en venir aux mains, explique Willy Angèle, le président du Medef local. À tel point que les hommes du Raid, qui assistent à toutes les pourparlers, ont dû s'interposer.» Willy Angèle affirme être «menacé de mort chaque jour» et s'apprête à «demander une protection de la police». «<st1:personname productid="La Guadeloupe" w:st="on">La Guadeloupe</st1:personname> est devenue la république démocratique du LKP», affirmait-t-il jeudi.<o:p></o:p>

    Willy Angele assure donc que le MEDEF de Guadeloupe n’est pas engagé par l’accord qui a été signé : Je ne peux pas comprendre qu’on puisse nous imposer d’appliquer un accord qui ne concerne même pas 5% des salariés de l’ile, et même pas quatre organisations patronales, alors qu’il y en a sept ou huit qui disent qu’elles ne peuvent pas le signer...”. Il se dit pourtant “positif et optimiste” sur le déblocage de la crise. Mais selon lui, les patrons sont déjà “au maximum de ce qu’ils peuvent faire”. Et c’est au LKP de tenir compte du principe de réalité...<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Le président Nicolas Sarkozy se rendra en Guadeloupe en avril pour ouvrir les états généraux dont il a annoncé aujourd'hui le lancement, a indiqué jeudi l'Elysée.

    Ces états-généraux, qui seront organisés dans chaque collectivité d'outre-mer doivent permettre de débattre "des grands enjeux" dans chacune d'entre elles. 

    Voici quelques différences de prix :

    Perle de lait nature : 4,05€ : DOM-TOM / Métropole : 1,67€ à 1,76€
    Danette vanille  : 1,99€ : DOM-TOM / Métropole :
    1,20 à 1,53
    Baguette complète : 1,05€ : DOM-TOM / Métropole environ 0,60€
    Coca cola 50cl : 0,74€ : DOM-TOM / Métropole : Coca 0,33cl : 0,33€ ; 1,5L : 1,26€

    Mon avis :  Tout d'abord je voudrais rendre hommage, à cet homme ce syndicaliste, qui se battait contre la vie chère dans les Dom-Tom, et qui a été abattu par un casseur. Maintenant concernant cette grève, je pense qu'il faut saluer tout ces gens qui se sont "battus" et qui n'ont rien laché pour obtenir ces augmentations salariales. Cette grève a eu de la valeur, car ces gens revendiquaient pour de vrais problèmes, dommage que des casseurs se soient mêlés à ces manifestations, ces gens n'ont rien à faire là bas. Ensuite le gouvernement a mit un peu de temps avant de réagir, mais ces propositions sont en bonne voie, j'espère que les accords seront vite signés et que les DOM-TOM sortiront de cette crise. Maintenant je pense que chacun doit prendre ses responsabilités.
    Enfin je me pose plusieurs questions pourquoi autant de différences de prix ? Pourquoi des supermarchés font ils autant de marge ?


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    Après la grève du jeudi 29 janvier, qui a rassemblé plus d'un million de personnes dans toute la France, Nicolas Sarkozy avait décidé de faire une intervention télévisée.

    Comme prévu, le Président de la République maintient le cap des réformes : dès le début de son intervention radio-télévisée, Nicolas Sarkozy a confirmé qu'il était de son "devoir" de continuer à réformer le pays "au même rythme", en accord avec la promesse de "rupture" faite pendant la campagne présidentielle. Mais il a lâché du lest sur plusieurs points.

    Le président de la République reste optimiste sur son plan relance par l'investissement. il a annoncé que les 1,4 milliard d'euros perçus par l'Etat à la fin de l'année 2009 au titre des prêts accordés aux banques seraient utilisés intégralement pour financer des mesures sociales. "Je dois aussi protéger au maximum ceux qui déjà dans la croissance mondiale étaient exclus. C'est ce que demandent les gens qui ont défilé, et ils ont dit des choses raisonnables", a-t-il répondu

    Il a évoqué des pistes dont une suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu (une option qui concernerait 2 millions de contribuables), une "augmentation des allocations familiales", et un "chèque emploi service payé par l'Etat" pour les personnes âgées et les mères de famille seules.

    Le président de la République a présenté l'emploi comme "la question cruciale" de cette période de crise. Afin de préserver l'emploi et de "garder des usines en France", Nicolas Sarkozy a créé la surprise en annonçant la suppression de la taxe professionnelle dès 2010. Cela devrait représenter un manque à gagner de 8 milliards d'euros pour les collectivités locales qui pourrait être compensé par la taxe carbone. "On ne peut pas baser toute la fiscalité sur la production", a t'il expliqué.
    Face à la montée du chômage, il assuré que l'Etat était "prêt à faire un effort" pour "mieux protéger" les jeunes en fin de CDD et retrouvant pas d'emploi. Il a aussi suggéré qu'il fallait "aller plus loin" sur l'indemnisation du chômage partiel, déjà relévée en décembre de 50 à 60% du salaire brut à la suite d'un accord entre partenaires sociaux.

    Il s'est prononcé en faveur d'un partage plus juste de la richesse au sein de l"entreprise. Il a à nouveau préconisé "la règle des trois tiers": un tiers des bénéfices aux salariés, un tiers aux actionnaires, un tiers réinvesti dans l'entreprise. Il souhaite que les partenaires sociaux trouvent un accord sur ce sujet sans quoi "l'Etat prendra ses responsabilités".

    Pour étudier ces pistes, le gouvernement a annoncé qu'il recevrait les organisations patronales et syndicales le 18 février prochain.

    Il souhaite également changer le système de rémunération des traders. "Je suis plus choqué par le système de rémunération de ceux qu'on appelle les traders, que les présidents de banques. C'est ce système-là que je veux changer", a affirmé le chef de l'Etat. Il s'est montré toutefois plus sceptique sur une mesure de plafonnement de la rémunération des cadres dirigeants comme celle adoptée par le Sénat américain "Mettre tout le monde sous la toise, je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure formule", a-t-il expliqué.

    Comme après chaque intervention du président des sondages se sont mutipliés, et on peut constater que les Français sont divisés : Selon un sondage CSA, seuls 36 % l'ont trouvé convaincant, contre 53 % selon une enquête OpinionWay.

     

     


    1 commentaire
  • Il y a quelques jours les socialistes ont présenté un contre plan de relance, le voici :

    A côté des 26 milliards d'euros du gouvernent, Martine Aubry tablerait sur 5.05 : 23.7 pour l'emploi et le pouvoir d'achat et 26.8 pour soutenir l'investissement. 
    - aider le SMIC : + 30 €
    - principe d'une baisse de la TVA sur les produits de première nécessité : 18.6 % au lieu de 19.6 %
    - 500 € d'aide pour les bénéficiaires de la prime pour l'emploi et des minima sociaux
    - 10 milliards d'aides publiques aux banques "sans contrepartie"
    - mesures pour relancer le secteur automobile et le logement
    - aides aux collectivités locales
    - annulation du "paquet fiscal"
    - contre la hausse du chômage, 200 000 emplois subventionnés, 100 000 emplois aidés et 100 000 contrats verts et associatifs
    et aussi durée d'indemnisation du chômage : allongement de 6 mois, la généralisation du contrat de transition professionnelle, le maintien du départ des longues carrières à 40 annuités et le gel des suppressions de postes prévues dans la fonction publique et à l'hôpital.
    - hausse de 10 % pour l'allocation logement et un gel des loyers où la hausse est forte. Mise en chantier dans les deux ans de 300 000 logement sociaux. 
    Suite à ce contre-plan, voici la réaction de Malek Boutih, (membre du bureau national du PS).

    Le contre-plan de relance proposé par Martine Aubry est "une régression" et "reprend des recettes usées", a lancé vendredi 23 janvier le proche de Ségolène Royal, Malek Boutih."Aubry remonte le temps ! Elle fait l'impasse sur toutes les critiques que nous ont adressées les électeurs un certain 21 avril 2002. Son contre-plan est une régression, il reprend des recettes usées", dénonce-t-il dans un entretien publié dans Le Parisien-Aujourd'hui en France.

    "Méthodes d'un autre âge"

    "Ce plan réitère une grossière erreur : il ne s'occupe pas des gens qui travaillent", affirme Malek Boutih. "C'est l'éternel recours à l'assistanat sans toucher à la question centrale : une meilleure répartition des richesses. Là où il faudrait trouver un système plus sain, le PS veut coller des rustines", reproche-t-il, estimant que c'est une "faute impardonnable". "Pas assez tourné vers l'avenir", ce plan "risque même d'hypothéquer les chances du PS pour les échéances à venir", juge l'ancien président de SOS-Racisme, qui accuse par ailleurs la direction du PS de se "bunkérise(r)".
    Expliquant que le plan a été "concocté par un petit groupe d'experts" choisis en fonction de leur courant, Malek Boutih dénonce des "méthodes d'un autre âge". "Aubry choisit le repli et le passage en force", résume-t-il, niant vouloir quitter le PS.
    La motion de censure du gouvernement, quand un groupe politique dispose d'une large majorité à l'Assemblée, fait un peu figure d'exercice de style. Confirmation, à l'Assemblée nationale. La motion déposée par le Parti socialiste contre « l'inaction économique du gouvernement » face à la crise et contre « les menaces sur les libertés individuelles », n'a recueilli que 231 voix, soit 58 de moins que la majorité requise (289) pour être adoptée. Toute la gauche a voté la motion de censure, ainsi que le président du MoDem, François Bayrou

    Mon avis :
    On a entendu durant toute cette semaine, les socialistes sont de retour. C'est vrai ils sont de retour, on a envie de dire enfin ! Ils ont eu aussi le mérite de faire un contre-plan, mais un peu tard je trouve. Ensuite on peut se demander pourquoi le faire ? Pour exister peut être, mais encore une fois, ils ne sont pas d'accord entre eux, et là c'est quand même un problème, soit le clan Royal ne digère toujours pas la défaite ou alors le parti est vraiment divisé en deux. Un point à souligner c'est Bayrou qui a voté pour cette motion de censure, qui aurait pu croire qu'un jour que Bayrou voterait pour une motion des socialistes ?
    Enfin cette motion a été rejetée, donc ce contre-plan un coup pour rien ? Ou une opposition retrouvée ?

    1 commentaire
  •                                Le président élu est arrivé samedi après-midi à Washington au terme d'un voyage en train triomphal commencé le matin même à Philadelphie.

     

    <o:p></o:p>

    <o:p></o:p>

    Tout au long des <st1:metricconverter productid="225 km" w:st="on">225 km</st1:metricconverter> de rails qui séparent Philadelphie de Washington, des milliers d'Américains se sont massés samedi le long des voies ferrées pour réserver un accueil triomphal à Barack Obama. En hommage à Abraham Lincoln, son modèle en politique, le président-élu a reproduit le périple ferroviaire qu'avait entamé en 1861 le seizième président des Etats-Unis.<o:p></o:p>

    A Philadelphie, avant de prendre place à bord du train aux wagons bleu nuit des années 1930, Barack Obama s'est dit conscient de l'arrivée de «jours difficiles», évoquant la récession économique et les deux guerres livrées par l'Amérique en Irak et en Afghanistan. Le quarante-quatrième président américain a promis d'apporter au pays «une nouvelle Déclaration d'Indépendance», en référence à celle de 1776, «affranchie des esprits obtus, des préjugés et de tout sectarisme». «Rarement dans notre histoire, une génération aura été confrontée à d'aussi importants défis», a-t-il souligné. «Ils peuvent être surmontés si nous faisons appel à l'esprit qui a renforcé notre démocratie depuis que George Washington a prêté serment», a-t-il répété<o:p></o:p>

    il prendra la parole sur les marches du Lincoln Memorial,  où Martin Luther King, le leader noir assassiné, a prononcé en 1963 son fameux discours "I have a dream" sur l'égalité entre noirs et blancs. Son discours doit être suivi d'un concert où seront présentes de nombreuses  stars. Le président élu réside en fait depuis le début du mois à Washington où il s'est installé pour que ses filles puissent commencer l'école en début de trimestre.
     
    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>L'évènement est de taille : après avoir été élu 44e président des Etats-Unis le 4 novembre, le premier noir à accéder à une telle fonction, Barack Obama prêtera serment le 20 janvier prochain devant des milliers de personnes et de nombreuses personnalités. Suscitant beaucoup d'espoir après les 8 années au pouvoir de George W. Bush.<o:p></o:p>

    Depuis plusieurs semaines déjà, la passation de pouvoir entre les deux hommes se prépare. Avec minutie. Barack Obama n'aura que 35 mots à prononcer pour accéder formellement à <st1:personname productid="la Maison-Blanche" w:st="on">la Maison-Blanche</st1:personname> mais chaque geste de ce président déjà entré dans l'Histoire sera décrypté, analysé, soupesé. Toutes les regards médiatiques sont d'ores et déjà tournés vers Washington.<o:p></o:p>

    Mais à peine investi, le nouveau président des Etats-Unis devra se mettre au travail très rapidement. Car de nombreux défis attendent Barack Obama. A commencer par la crise financière et économique qui secoue les Etats-Unis, mais aussi le monde, comme jamais depuis 1929. Au-delà des guerres en Afghanistan et en Irak, la voix de l'Amérique est aussi très attendue à propos de la prison de Guantanamo et depuis quelques semaines maintenant sur l'offensive israélienne dans la bande de Gaza.<o:p> </o:p>

    Obama conscient : <o:p></o:p>

    C'est un avertissement à quelques jours de son investiture. Barack Obama a prévenu vendredi que même en prenant des mesures de relance, l'état de l'économie américaine était susceptible d'empirer encore avant de s'améliorer. "La reprise ne se fera pas en un jour", a dit le président élu des Etats-Unis à des ouvriers d'une usine de l'Ohio. "Même avec les mesures que nous prenons, les choses pourraient empirer avant de s'améliorer. Je souhaite que tout le monde en soit conscient."
     
    Barack Obama s'apprête à prendre ses fonctions de chef de <st1:personname productid="la Maison" w:st="on">la Maison</st1:personname> blanche fort d'une victoire législative, les élus démocrates de <st1:personname productid="la Chambre" w:st="on">la Chambre</st1:personname> des représentants ayant dévoilé jeudi un plan de relance économique de 825 milliards de dollars conforme dans l'ensemble aux mesures qu'il réclamait. Jeudi toujours, le Sénat a autorisé les pouvoirs publics à puiser dans la deuxième moitié du fonds de 700 milliards de dollars constitué en octobre pour sauver le système financier, connu sous le nom de plan Tarp (Trouble Asset Relief Program).
    <o:p> </o:p>

    Mon avis : Ce 20 janvier 2009, sera une nouvelle page d’histoire pour les Etats-Unis, mais aussi pour le monde entier, un noir Président des Etats-Unis c’est tout un symbole, Barack Obama, sera le 44ème président des Etats-Unis. Evidemment c’est un symbole, pour ce pays, où Martin Luther King s’était battu pour les noirs avant de se faire assassiner. Mais au-delà de cette investiture et de tous ces symboles, Barack Obama devra se mettre très vite au travail, car il a été élu pour ça. Mais déjà, Barack Obama a prévenu, il ne pourra pas tenir toutes ces promesses, étrange de dire cela à 3 jours de son investiture ? Mais il a 4 ans voir plus, pour refaire de l’Amérique un grand pays.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique