• Le plan de relance en détail

    Le Président de la République a annoncé, jeudi 4 décembre à Douai, un plan de relance de l’économie
    de 26 milliards d’euros

    Voici les détails du plan de relance :

    10,5 milliards d'investissements publics
    Le plan de relance de l'économie prévoit 10,5 milliards d'euros d'investissements supplémentaires de l'Etat, des grandes entreprises publiques et des collectivités locales pour accélérer divers programmes d'équipement. "Cette accélération sans précédent permettra de gagner plusieurs années", a déclaré Nicolas Sarkozy
    Le plan prévoit 4 milliards d'euros d'investissements publics, 4 milliards pour les entreprises publiques (EDF, La Poste, etc.) et 2,5 milliards pour les collectivités locales

    - Exonération de charges pour les embauches par les très petites entreprises
    Les entreprises de moins de 10 salariés seront exonérées de la totalité des charges patronales pour les embauches réalisées en 2009 de salariés, payés jusqu'à hauteur de 1,6 fois le Smic. Le coût estimé de cette mesure est de 700 millions d'euros. Cette aide de l'Etat, dégressive avec le salaire, sera maximum au niveau du Smic (180 euros par mois) et s'éteindra à 1,6 Smic

    - Un remboursement anticipé de 11 milliards aux entreprises
    L'Etat remboursera par anticipation ses dettes aux entreprises à hauteur de 11 milliards d'euros. Le crédit d'impôt recherche sera remboursé par anticipation début 2009


    - Une prime de 200 euros aux bénéficiaires potentiels du RSA
    L'Etat versera à la fin mars 2009 une prime de 200 euros aux bénéficiaires potentiels du Revenu de solidarité active (RSA), soit quelque 3,8 millions de ménages, pour un coût de 760 millions d'euros.

    - La Construction de 70.000 logements sociaux
    Le plan prévoit la construction ou l'acquisition par l'Etat de 100.000 logements sociaux dans les deux prochaines années et le doublement du prêt à taux zéro pour l'achat d'un logement neuf. Le coût de la construction et l'acquisition de 100.000 logements neufs, dont 30.000 avaient déjà été annoncés fin octobre dans le cadre du programme de rachat par l'Etat, est estimé à 600 millions d'euros par l'Elysée.

    - Assouplissement temporaire des règles d'urbanisme
    Les contraintes liées au droit de l'urbanisme seront "temporairement, considérablement assouplies", avec une prorogation d'un an des permis de construire.

    - Une "prime à la casse" de 1.000 euros
    Selon le détail de la mesure communiqué par l'Elysée, cette prime sera accordée pour l'achat d'un véhicule particulier ou d'un utilitaire léger émettant moins de 160 g/km de CO2. Son coût est estimé à 220 millions d'euros.

    - Rappel de mesures en faveur de l'emploi
    Nicolas Sarkozy a rappelé les mesures en faveur de l'emploi qu'il avait annoncées à Valenciennes le 25 novembre, pour lesquelles l'Etat contribuera à hauteur de 500 millions d'euros.
    Il s'agit d'une part de l'extension des contrats de transition professionnelle (CTP) de 7 à 25 bassins d'emploi en difficulté et l'adoption pour les autres bassins d'un système s'inspirant du CTP.

    - Suivi du plan de relance par un ministre
    Le plan de relance de l'économie sera piloté par un membre du gouvernement chargé spécifiquement "d'en suivre l'exécution". Ce ministre est Patrick Devedjian, il a donné sa démission du poste de secrétaire général de l'UMP. Devedjian était l'un des hommes participants à la victoire de N.Sarkozy.

    Ce qui fait un total de 26 milliards pour ce plan de relance.

    Mon avis : Certains diront, 26 milliards, QUOI !! On a cet argent là ? Et bien oui il faut croire. En tout cas voici 26 milliards de plus mis dans la crise, cette fois-ci pour relancer l'économie, Le président a misé sur l'investissement et aussi sur les entreprises. Beaucoup de personnes en voyant ce plan, pensaient que la tva allait diminuer. Et bien je pense que baisser la tva aurait été une erreur, car cela entraîe de la consommation quand il y a baisse de celle ci, mais quand elle réaugmente, la consommation baisse de nouveau.
    L'exonération de charges pour les embauches par les très petites entreprises de moins de 10 salariés c'est bien, mais 30 salariés je pense que cela aurait été mieux et plus favorable à la création d'emplois. Mais tous ces chiffres et toutes ces mesures devront maintenant être appliqués.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :