• Violeur présumé libéré

    Jorge Montes, un Français d'origine uruguayenne de 48 ans mis en examen pour viols, enlèvement et séquestration. Libéré jeudi soir de la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne), il a finalement été placé sous contrôle judiciaire. Pour limiter les dégâts, le juge d'instruction de Créteil est parvenu à imposer ce contrôle judiciaire. "Mais il y a un risque de fuite à l'étranger", tempêtait ce matin Me Berton, avocate des parties civiles.

    Suite à une erreur d'écriture, le rejet de sa demande de remise en liberté à été tout simplement annulé le 17 octobre dernier par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris. Cette interdiction de remise en liberté avait pourtant été délivrée deux semaines plus tôt par un juge des libertés et de la détention à Créteil. La chambre de l'instruction s'est trompé de mot. Elle a écrit "infirme" au lieu de "confirme". Pourtant, plusieurs expertises psychiatriques alarmantes confirmaient que le détenu devait rester en prison.

    Jorge Montes devait être jugé dans les mois à venir par la cour d'assises : le parquet a requis mercredi son renvoi devant la cour pour viols. Amateur de tango, se présentant comme un artiste, Jorges Montes avait pour habitude de draguer ses proies lors de soirées dansantes. Une ancienne compagne l'accuse de l'avoir enlevée pour l'entraîner sous la contrainte dans un périple de 12 jours à travers la France et l'Europe sous la menace notamment d'une matraque électrique, périple au cours duquel il est soupçonné de lui avoir imposé une quarantaine de viols, et de lui avoir volé sa carte bancaire. Une autre jeune femme a porté plainte, l'accusant de plusieurs viols sous la menace d'un couteau. Durant son incarcération, il a été sanctionné disciplinairement à la suite de relations sexuelles au parloir. Son premier contrôle judiciaire avait été rompu parce qu'il s'était rendu, malgré l'interdiction du juge, sur ses lieux de rencontre habituels - il avait été signalé repartant d'une soirée de la cité universitaire en compagnie deux jeunes filles.

    Les parties civiles ont l'intention d'attaquer l'État pour dysfonctionnement du service public de la justice.

    Mon avis : Infirmer c'est ce mot la qui a changé un jugement, en un seul mot la justice française est parterre,  on remet en liberté un violeur sur un seul mot, il y a des jours où on est pas fière de la justice de son pays.
    Aujoud'hui je ne suis pas fière de cette justice. J'ai une pensé pour les victimes qui doivent être bouleversées et comment ne pas l'être.
    Voir son bourreau sortir, sans même que le jugement ne soit prononcé, et le pire dans cette affaire c'est que la seule chose que l'on puisse faire c'est de le placer sous contrôle judiciaire, c'est un scandale !
    Je poserais une simple question : pourquoi dans ce genre d'affaires, il n'y a aucun contrôle des documents signés ?

    <liste></liste> <element></element>

    Info de dernière minute :

    Depuis la Chine, où il participe à un sommet consacré notamment à la crise financière, le président de la République a haussé le ton politique, dans un dossier judiciaire qui a créé une large polémique ce vendredi. Nicolas Sarkozy a jugé "invraisemblable" la remise en liberté décidée jeudi par erreur par la cour d’appel de Paris d’un violeur présumé. Le chef de l'Etat a dit souhaiter que ce suspect repasse devant un juge et qu'il retourne en prison. Peu après ces déclarations, le parquet général de la cour d'appel de Paris a annoncé avoir déposé une requête en rectification d'erreur matérielle, "en exécution des instructions" de la garde des Sceaux, Rachida Dati.

    Mon avis : Cette journée aura été forte en rebondissements, c'est maintenant Nicolas Sarkozy qui reprend le dossier en main, je ne vais pas répéter ce que j'ai dit plus haut, déjà espèrons tous que ce violeur présumé retourne en prison. Mais j'aimerais soulever un autre problème : est-ce au Président de la République d'intervenir, il y a bien un ministère de la justice ?

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :